mercredi 15 février 2012

IP à vendre !


Sujet que ce blog oublie parfois mais que l'actualité rappelle à notre mémoire, la gouvernance internet présente, selon nous, des intérêts stratégiques réels et son fonctionnement appelle à des analyses multiples.

Dans un article traitant de l'épuisement de la ressource en IPv4, on évoquait le risque de développement d'un marché noir et les problématiques d'accès et de dissymétrie ou d'inégalité qui pourrait se produire. Rappelons que, à titre d'exemple, les organismes responsables de distribution des IP (les RIR) n'ont pas tous le même âge. Les plus récents concernant par exemple des zones comme l'Afrique sont clairement moins bien lotis car arrivant après un premier découpage hasardeux et un historique assez lourd.

Pragmatique, les différents acteurs ont ainsi anticipé le risque en créant une place d'échange et un marché pour l'échange des adresses IP : Addrex. Celui-ci fournit donc un cadre entre vendeurs et acheteurs d'adresse IP et permet sans doute de concrétiser une tendance que l'on prévoyait : la gestion commerciale des adresses IP, en conservant un certain contrôle. Cette solution ne parait toutefois pas satisfaisante. Dés 2011, on trouve des traces de l'estimation de la valeur de l'adresse IP, à environ 11.25 dollars...

On se souviendra qu'il est dans les capacités des RIR et de l'ICANN de "récupérer", bien évidemment sous certaines conditions, des adresses IP pour reconstituer des blocs cohérents. Cette politique a été longtemps mise en oeuvre à la fois pour éviter la désagrégation des blocs d'IP, ce qui peut avoir un impact sur la viabilité du routage, mais également pour compenser un partage initial inéquitable et sans doute illégitime.

Toutefois, le mode de distribution de l'adresse IP n'est pas réalisée en mode commercial. Bien au contraire, les RIRs sont membres d'une organisation rattachée à l'ICANN. Les "clients" des RIRs, quant à eux, ne le sont pas vraiment puisqu'ils sont plutôt des "adhérents" à l'organisation qui leur attribue des portions de l'espace d'adressage, les RIRs le détenant de IANA qui en assure l'historique, le suivi et la traçabilité. Notez cependant que l'adhésion est bel et bien payante pour un adhérent aux RIRs.

En conséquence, on ne peut pas dire que IANA ou l'ICANN détient (sous la forme de propriété) les adresses IP puisque justement, celle-ci conserve des enregistrements des allocations qui sont faites ! De plus, les RIRs ne "vendent" pas au strict sens du terme les portions de leurs allocations : ils en seraient bien incapables n'étant pas propriétaires...

Donc, on se demande bien comment des détenteurs non-permanents mais non propriétaires - des allocataires - pourraient échanger sur un marché ces adresses, sans parler des problématiques de déséquilibre dans les accès que cela est susceptible de créer. On peut imaginer que les entités relevant de RIRs positionnés sur des espaces géographiques à ressources faibles seront moins capables d'obtenir des adresses IPv4 ! A moins de faire un choix stratégique, un peu comme avec le mobile, et de sauter le pas vers IPv6 directement.

Sauf qu'il existe certaines subtilités : lors de la phase initial de répartition de portions d'adressage, les RIRs n'existaient pas encore ou alors sans leurs capacités de régulation actuelles. C'est pourquoi, lorsqu'on regarde l'état des allocations, il est possible de voir que certains grandes parties de l'espace d'adressage (/8) sont allouées directement à des entités privées...Et l'une d'entre elles vient justement de "mettre en vente" un /8 entier : c'est à dire 16 777 216 d'adresses...

La légitimité de ces transaction et de l'ensemble du système demeure très largement douteux. On serait même en droit de se demander si les adresses IP ne font partie d'une ressource commune à protéger convenablement d'autant qu'elles appartiennent et relèvent d'un espace relativement conflictuel et présentant aujourd'hui des enjeux en termes de souveraineté, défense et sécurité. Une question à rapprocher des Global Commons...sujet d'ailleurs évoqué par l'Alliance géostratégique ?

Source : dans le texte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire